Non, tu n’auras pas ma peau !

Pour souvenir, voici quelques image de ma première exposition personnelle qui a eu lieu en juin à l’espace d’art contemporain, Les Limbes, à Saint-Étienne. Elle présentait des œuvres réalisées depuis 2015. Mais, certaines sortaient tout juste de l’atelier… timides devant le regard du visiteur…

expo_CLimonne_2

expo_CLimonne_1

expo_CLimonne_3

expo_CLimonne_4

Soutenance de thèse !

carton soutenance

L’Œuvre-enveloppe :

Essai sur les devenirs-interface de l’œuvre plastique en sculpture et dans les arts textiles

Cette thèse propose de s’appuyer sur le concept d’enveloppe pour aborder la création contemporaine, notamment dans les domaines de la sculpture et des arts textiles, depuis les années 1960. Ce mot sert de fil conducteur à une pratique plastique en même temps qu’à une réflexion théorique, l’une et l’autre dialoguant et se développant de concert. Ainsi, tout au long du texte viennent s’intercaler les images d’un travail personnel qui cherche à entrer en résonance avec les œuvres de nombreux artistes que nous analysons tout au long de notre réflexion.

Dans un premier temps, nous cherchons à définir les caractéristiques d’une enveloppe et à trouver comment elles se manifestent. Pour ce faire, nous essayons de créer une typologie des différentes formes d’enveloppe dans l’art contemporain. Trois entrées principales sont proposées : l’emballage, le vêtement et la peau. Ensuite, délaissant le substantif, nous nous attachons à l’adjectif, enveloppant et au verbe, envelopper, qui nous permettent d’envisager l’enveloppe non plus de manière figée, mais comme une matière souple, évolutive, ou bien comme un mouvement d’enroulement répété qui anime la pratique de certains artistes. Le concept d’enveloppe devient quelque chose d’ouvert, un point d’appui pour penser les processus créatifs. L’idée d’une œuvre-enveloppe est alors le moyen de ne plus considérer l’œuvre plastique uniquement sous la forme d’un objet fini, isolé. Elle offre, au contraire, la possibilité de la percevoir comme une paroi vibrante qui serait une interface entre l’artiste, sa perception singulière du monde, et une matière, de même, qu’entre cette matière transformée et un spectateur, n’existant que par et pour leur rencontre.

 

The Enveloppe-artwork:

Essay on the becoming-interface of the artwork in sculpture and textile arts

This thesis will approach contemporary creation – with a focus on sculpture and textile arts from the ‘60s onwards – through the French concept of the enveloppe. This concept is the red thread that binds together the material aspect of an artistic practice together with the rhetorical thinking behind it. Thus, this text is intertwined with images from the author’s personal practice, echoing the numerous other artist’s works that we be analysed as this reflexion develops.

In a first part, we will aim at defining the characteristics of an enveloppe together with the mechanisms of its manifestation. For that purpose, we intend to create a typology of the various forms an enveloppe takes in contemporary arts. We will suggest three main to categorise these types: the packaging, the cloth and the skin. Then, leaving behind the substantive, we will attach ourselves to the adjective ‘enveloping’ and the verb ‘to envelop’, allowing us to approach the envelope not only as a still object, but also as a versatile, evolving material, or as a movement of repeated enrolment as used in some artists’ practice. The concept of enveloppe therefore opens up to become a starting point for the creative process. Consequently, the idea of an ‘enveloppe-artwork’ not only allows us to consider the physical artwork as a finished and isolated object, but also offers the possibility to perceive it as a vibrant wall, an interface between the artist – his/her singular perception of the world – and a material, a substance; between the transformed material and the viewer, existing only from and through their encounter.